Bookmark and Share

Favoriser le maintien dans l'emploi des personnes en difficulté

<< Sujet précédent---Retour au sommaire---Sujet suivant >>

La préservation de l’état de santé d’un individu passe par son maintien dans l’emploi, si possible à l’intérieur de son entreprise, sinon en favorisant son reclassement dans une autre entreprise ou sa réorientation professionnelle vers un autre métier. Nous sommes des acteurs privilégiés pour la prévention de la désinsertion professionnelle, en lien avec d’autres professionnels.

 

Cas clinique n°3

Mr X, 49 ans, stenté il y a 2 mois, chauffeur livreur, consulte pour sa reprise de travail. Son poste exigeant des efforts de manutention importants, une quantification du coût cardiaque du poste est effectuée par cardio-fréquencemétrie.manutentionnaire chauffeur

cardiofréquencemétrieLe médecin du travail complète le bilan clinique en demandant une épreuve d’effort en situation et un holter ECG, en lien avec le cardiologue. A l’issue de ce bilan, le patient ne pouvant reprendre son poste en l’état, le médecin du travail prescrit un aménagement de poste avec mise en place d’une assistance technique à la manutention (hayon et transpalette électrique).

 

Cas clinique n°4

Mme Y, 55 ans, conseillère clientèle, demande une visite spontanée pour inaptitude médicale. Sur le plan clinique, elle exprime ressentir des troubles anxieux et de l’humeur qu’elle attribue à des difficultés professionnelles et est sous anxiolytique et anti-dépresseur depuis 2 mois.Banquière

Elle n’a pas d’antécédents psychiatriques particuliers. L’analyse de la situation montre l’existence d’une inadéquation entre les objectifs imposés suite à une restructuration de l’entreprise et les compétences de la salariée. Après entretien séparé avec la salariée et son manager, une solution est proposée, reposant d’une part sur une définition précise et consensuelle du contenu du poste de la salariée, d’autre part sur une formation au nouveau logiciel de gestion. Lors de la surveillance médicale spécifique qui s’ensuit, il est constaté une régression des manifestations anxieuses, et le traitement a été arrêté.

 

Cas clinique n°5

Suite à un asthme à la farine, Mr C, 32 ans, ne peut plus exercer son métier de boulanger.Boulanger Le médecin du travail organise un bilan de réorientation professionnelle. Après un bilan de compétences, Mr C s’oriente vers l’enseignement professionnel ; il est déclaré inapte à son poste par le médecin du travail et est licencié. Il suit alors une formation de formateur, prise en charge par le pôle emploi et exerce maintenant dans un centre d’apprentissage en hôtellerie restauration. Dans ce cas, le maintien dans l’emploi a été réalisé en dehors de l’entreprise initiale du salarié.

medecins du travail

© CEHUMT 2011-2017 . Mentions légales . Une réalisation Binomia

Promotion du métier de Médecin spécialiste en santé au travail