Bookmark and Share

Des outils variés

<< Sujet précédent---Retour au sommaire

 

Pour nous aider dans la réalisation de nos missions, des outils spécifiques, faisant appel à une technologie variée, sont à notre disposition. Deux catégories existent, les outils pour évaluer les effets du travail sur la santé des salariés et ceux pour quantifier les expositions. En voici quelques exemples :


Pour évaluer l'état de santé

            

Pour évaluer les ambiances de travail

 
 
 
 
 

 

 

Les outils d’évaluation de la santé

  • Le cardio fréquencemètre

la cardio fréquencemétrie permet d’évaluer l’astreinte physique d’un poste de travail. La fréquence cardiaque des salariés durant leur travail est enregistrée en continu.

Le médecin analyse ensuite les résultats en fonction de l’activité observée et en déduit la charge physique au poste. Il confronte ensuite la pénibilité physique du poste à l’état de santé du patient et peut alors préconiser une prévention adaptée. (mettre exemple copie de cardiofr).

 

  • La biométrologie

La biométrologie est utilisée pour l’évaluation du risque chimique en complément des prélèvements atmosphériques. En s’appuyant sur ses connaissances toxicologiques et toxicocinétiques, le médecin de santé au travail détermine la substance (ou un ou plusieurs de ses métabolites) à doser ainsi que les conditions de prélèvements. Il interprètera ces résultats en fonction de l’ensemble des paramètres d’exposition (durée, manipulation, système de protection, etc) et des caractéristiques du ou des salariés (sexe, âge, tabagisme, pathologie, etc).

 

  • Les tests de vision

Il existe des appareils automatiques qui permettent d’apprécier certains aspects fonctionnels de la vision tels que la vision des contrastes, des couleurs, la vision stéréoscopique et nocturne…

 

  • Les tests de l’audition

Les audiomètres sont utilisés pour la surveillance des salariés exposés au bruit (mesures en conduction aérienne le plus souvent, dans des cabines insonorisées).

 

  • Les tests de la fonction respiratoire

Des courbes débits-volumes sont réalisées dans le cabinet médical, mais également sur les lieux de travail. Pour cela nous disposons de spiromètres informatisés, fixes ou portables. Ces tests permettent de suivre les salariés sur une journée ou plus, pour dépister par exemple un asthme ou une BPCO en lien avec le travail

 

 

Les outils d’évaluation des ambiances de travail

  • Les mesures de l’ambiance thermique

Les situations de travail amènent certains salariés à devoir travailler dans des ambiances thermiques extrêmes, comme les ouvriers dans les fonderies ou dans les halls de réfrigération. Pour mesurer ces conditions, différents paramètres sont mesurés à l’aide de chaîne thermique équipée de sondes. (photo)

 

  • Les mesures de l’ambiance lumineuse

Deux appareils sont utilisés : le luxmètre et le luminancemètre. Ils permettent de conseiller l’employeur sur les plans d’éclairage afin d’améliorer le confort visuel des salariés et ainsi éviter la fatigue visuelle et les accidents du travail.

 

  • Les mesures de l’ambiance sonore

les dosimètres de bruit quantifient le niveau sonore selon différentes échelles, et permettent aussi une analyse du spectre de fréquences du bruit. Ces mesures permettent de dresser une cartographie des ateliers pour la prévention.

 

  • Les mesures de l’ambiance vibratoire

Certains salariés sont soumis à des vibrations qui peuvent être pathogènes pour certaines articulations ou le rachis en fonction de leur fréquence (manipulation de marteaux piqueurs, conduite d’engins de terrassement, etc). Les mesures sont effectuées à l’aide d’accéléromètres.

 

  • Les mesures de l’ambiance chimique

Après avoir identifié les produits chimiques présentant un risque pour la santé, le médecin peut avoir recours à la métrologie atmosphérique ou surfacique. Il doit alors mettre en place une stratégie d’échantillonnage des prélèvements adaptée à la situation, déterminer les polluants à mesurer et le type d’appareils préleveurs (badges passifs, pompes avec ou sans filtre, etc). Ces prélèvements sont ensuite confiés pour analyse à des laboratoires spécialisés. Le médecin du travail devra en faire l’interprétation, en tenant compte des aspects techniques et médicaux.

 

 

La plupart de ces appareils peuvent être reliés au dossier médical informatisé. Enfin, il existe des outils développés dans le cadre de la recherche, comme des logiciels d’enregistrement de la gestuelle des salariés afin d’analyser finement leurs contraintes biomécaniques.

 

 

L’ensemble de ces mesures peuvent être effectuées en collaboration avec d’autres partenaires, comme des intervenants en prévention des risques professionnels (IPRP). Le rôle du médecin sera alors de faire la synthèse de toutes les informations recueillies, et de les mettre en lien avec la santé des salariés.

 

 

4    les dosimètres de bruit quantifient le niveau sonore selon différentes échelles, et permettent aussi une analyse du spectre de fréquences du bruit.  Ces mesures permettent de dresser une cartographie des ateliers pour la prévention.

medecins du travail

© CEHUMT 2011-2017 . Mentions légales . Une réalisation Binomia

Promotion du métier de Médecin spécialiste en santé au travail