Bookmark and Share

Damien, Violaine, Hugo et Juliette,

<< Sujet précédent---Retour au sommaire---Sujet suivant >>

 

La médecine du travail est une spécialité très peu connue du grand public et des étudiants en médecine, mais il s'agit d'un domaine très varié qui permet d'aborder la santé des salariés à leur poste et dans leur environnement plus général.

 

Cette spécialité se caractérise par une grande diversité de l'activité professionnelle : visites d'embauche, de reprise après arrêt de travail, enquêtes professionnelles au lit du patient, enquêtes autour d'un cas lors d'un contage (tuberculose, rougeole, gale…), participation aux consultations spécialisées de pathologies professionnelles avec variété des métiers rencontrés, études de poste lors du travail de tiers-temps,…

 

Par ailleurs, les pathologies rencontrées sont très variées (troubles musculo-squelettiques, troubles psychiques, lésions dermatologiques, toxicologie, pathologies pulmonaires…) ce qui enrichit progressivement le champ de compétence.

 

De plus, la médecine du travail permet de découvrir le travail de prévention, le rôle de conseiller entraînant un réel échange avec les salariés (différent du rôle de médecin traditionnel "omniscient").

 

Médecins et infirmières travaillent en binôme, de façon complémentaire. Cette spécialité permet une approche multidisciplinaire avec un échange permanent avec les assistantes sociales, les cadres de santé, les psychologues, les ergonomes, les médecins traitants, les autres spécialistes….

 

Un avantage certain réside dans la qualité de vie que permet cette discipline avec des horaires adaptés à une vie de famille, l'absence de garde après l'internat, et une rémunération très correcte.

 

D'autre part, les perspectives d'emploi sont très favorables, avec de nombreuses propositions compte tenu du manque de médecins du travail.

 

Cependant, la profession reste peu reconnue par le monde médical et celui du travail, car  son utilité est souvent mal comprise. Peut-être cela est-il dû au sous effectif dont souffre la spécialité, et au défaut de l'activité de prescription à but curatif. De fait, le médecin du travail est obligé d'orienter les salariés vers leur médecin traitant lorsque la pathologie rencontrée dépasse le champ du travail. […] »

 

 

La médecine du travail est une spécialité très peu connue du grand public et des étudiants en médecine, mais il s'agit d'un domaine très varié qui permet d'aborder la santé des salariés à leur poste et dans leur environnement plus général.

 

Cette spécialité se caractérise par une grande diversité de l'activité professionnelle : visites d'embauche, de reprise après arrêt de travail, enquêtes professionnelles au lit du patient, enquêtes autour d'un cas lors d'un contage (tuberculose, rougeole, gale…), participation aux consultations spécialisées de pathologies professionnelles avec variété des métiers rencontrés, études de poste lors du travail de tiers-temps,…

 

Par ailleurs, les pathologies rencontrées sont très variées (troubles musculo-squelettiques, troubles psychiques, lésions dermatologiques, toxicologie, pathologies pulmonaires…) ce qui enrichit progressivement le champ de compétence.

 

De plus, la médecine du travail permet de découvrir le travail de prévention, le rôle de conseiller entraînant un réel échange avec les salariés (différent du rôle de médecin traditionnel "omniscient").

 

Médecins et infirmières travaillent en binôme, de façon complémentaire. Cette spécialité permet une approche multidisciplinaire avec un échange permanent avec les assistantes sociales, les cadres de santé, les psychologues, les ergonomes, les médecins traitants, les autres spécialistes….

 

Un avantage certain réside dans la qualité de vie que permet cette discipline avec des horaires adaptés à une vie de famille, l'absence de garde après l'internat, et une rémunération très correcte.

 

D'autre part, les perspectives d'emploi sont très favorables, avec de nombreuses prop

 

La médecine du travail est une spécialité très peu connue du grand public et des étudiants en médecine, mais il s'agit d'un domaine très varié qui permet d'aborder la santé des salariés à leur poste et dans leur environnement plus général.

 

Cette spécialité se caractérise par une grande diversité de l'activité professionnelle : visites d'embauche, de reprise après arrêt de travail, enquêtes professionnelles au lit du patient, enquêtes autour d'un cas lors d'un contage (tuberculose, rougeole, gale…), participation aux consultations spécialisées de pathologies professionnelles avec variété des métiers rencontrés, études de poste lors du travail de tiers-temps,…

 

Par ailleurs, les pathologies rencontrées sont très variées (troubles musculo-squelettiques, troubles psychiques, lésions dermatologiques, toxicologie, pathologies pulmonaires…) ce qui enrichit progressivement le champ de compétence.

 

De plus, la médecine du travail permet de découvrir le travail de prévention, le rôle de conseiller entraînant un réel échange avec les salariés (différent du rôle de médecin traditionnel "omniscient").

 

Médecins et infirmières travaillent en binôme, de façon complémentaire. Cette spécialité permet une approche multidisciplinaire avec un échange permanent avec les assistantes sociales, les cadres de santé, les psychologues, les ergonomes, les médecins traitants, les autres spécialistes….

 

Un avantage certain réside dans la qualité de vie que permet cette discipline avec des horaires adaptés à une vie de famille, l'absence de garde après l'internat, et une rémunération très correcte.

 

D'autre part, les perspectives d'emploi sont très favorables, avec de nombreuses propositions compte tenu du manque de médecins du travail.

 

Cependant, la profession reste peu reconnue par le monde médical et celui du travail, car son utilité est souvent mal comprise. Peut-être cela est-il dû au sous effectif dont souffre la spécialité, et au défaut de l'activité de prescription à but curatif. De fait, le médecin du travail est obligé d'orienter les salariés vers leur médecin traitant lorsque la pathologie rencontrée dépasse le champ du travail. […] »

 

 

ositions compte tenu du manque de médecins du travail.

 

Cependant, la profession reste peu reconnue par le monde médical et celui du travail, car  son utilité est souvent mal comprise. Peut-être cela est-il dû au sous effectif dont souffre la spécialité, et au défaut de l'activité de prescription à but curatif. De fait, le médecin du travail est obligé d'orienter les salariés vers leur médecin traitant lorsque la pathologie rencontrée dépasse le champ du travail. […] »

 

medecins du travail

© CEHUMT 2011-2017 . Mentions légales . Une réalisation Binomia

Promotion du métier de Médecin spécialiste en santé au travail